La Coalition pour la diversité des expressions culturelles (CDEC) félicite les députés élus ce lundi 21 octobre 2019, et les invite à prendre acte de l’importante mobilisation du secteur culturel pendant la campagne électorale.

La Coalition a mené une campagne importante pour la protection et la promotion des expressions culturelles du Canada dans l’environnement numérique. Sous le slogan « Sauvons Notre Culture », l’ensemble des acteurs du secteur s’est mobilisé pour demander que nos politiques culturelles s’appliquent en ligne.

« La multiplication des campagnes et initiatives portant sur les enjeux culturels au cours des derniers mois témoigne d’une situation intenable pour les artistes, créateurs, professionnels et entreprises de la culture au pays : perte de visibilité des œuvres locales, chute des revenus, déclin du financement pour le développement de contenus », a expliqué Solange Drouin, co-présidente de la CDEC.

L’élection fédérale marque une nouvelle étape dans cette mobilisation. Le Parti Libéral a pris plusieurs engagements au cours de cette campagne : imposition des revenus des géants du Web, révision des lois sur la radiodiffusion et les télécommunications dans l’année à venir afin que tous les joueurs qui profitent du système y contribuent (offre et mise en valeur du contenu canadien, contribution à la création de contenu canadien), augmentation du financement de Téléfilm Canada, renforcement du  mandat de Radio Canada, etc.

« Nous espérons que la nouvelle équipe en place travaillera à la mise en œuvre de ces engagements dès les prochaines semaines », a déclaré Solange Drouin. « Nous invitons le nouveau gouvernement à collaborer avec les autres formations politiques afin d’obtenir des résultats rapides et de bonifier leurs propositions. Le secteur de la culture a besoin d’une mobilisation globale et nous sommes prêts à apporter, dès maintenant, notre contribution aux travaux du nouveau gouvernement. »

La Coalition demande au nouveau gouvernement fédéral qu’il prenne des mesures immédiates pour que les plateformes numériques contribuent au financement et à la mise en valeur des contenus culturels canadiens, et que les fournisseurs de services de télécommunication participent au financement de la création au Canada.

La révision de la Loi sur le droit d’auteur doit aussi figurer parmi les priorités du nouveau gouvernement en matière de culture. Les auteurs, créateurs et professionnels du secteur ont besoin de toute urgence d’un cadre législatif qui permette de les rémunérer à la hauteur de la valeur générée par leurs contenus. La nouvelle Loi sur le droit d’auteur devrait être adaptée à la réalité contemporaine, notamment afin que les plateformes numériques versent les droits à ceux qui les détiennent au Canada et que le régime de copie privée inclue les appareils technologiques qui permettent l’accès aux contenus culturels. Le nombre d’exceptions prévues par la Loi doit être réduit et celles qui demeurent doivent donner lieu à une compensation pour les créateurs.

Toutes ces mesures doivent être prises rapidement car le secteur culturel ne peut plus attendre. Dans un monde numérique en constante évolution, avec le développement continu des technologies et les incertitudes liées au déploiement de l’intelligence artificielle, ces lois fondamentales, qui datent des années 1990, doivent être adaptées. C’est l’avenir de nos écosystèmes culturels qui est en jeu, il faut agir maintenant.

 

Renseignements

Solange Drouin, Coprésidente de la CDEC

Céline De Dianous, chargée de communication et de recherche

514-277-2666