La Coalition pour la diversité des expressions culturelles réunit les principales organisations francophones et anglophones de professionnels des industries culturelles au Canada. La trentaine d’associations représentent au total 200 000 professionnels et 2 200 entreprises du secteur culturel.

La Coalition pour la diversité des expressions culturelles a été fondée au printemps 1998 par les principales associations québécoises du milieu culturel à l’occasion de la contestation du projet d’Accord multilatéral sur les investissements (AMI), la Coalition a procédé, dès l’automne 1999, à son élargissement en invitant les principales associations professionnelles du secteur de la culture au Canada à y adhérer. Aujourd’hui, la Coalition compte 29 organisations qui représentent les créateurs, artistes, producteurs, distributeurs et éditeurs œuvrant dans les secteurs du livre, du cinéma, de la télévision, des nouveaux médias, de la musique, des arts d’interprétation et des arts visuels.

Mission, vision et valeurs

La Coalition pour la diversité culturelle se veut la voix principale du milieu culturel dans les débats sur la culture et le commerce, notamment au plan national. Elle s’engage à soutenir la volonté du gouvernement de faire valoir son droit d’appliquer des politiques favorisant la promotion de la diversité des expressions culturelles. Outre la valeur économique des biens et services culturels, ils ont également une valeur symbolique et identitaire. Dans un monde de plus en plus globalisé, numérisé et soumis aux pressions de l’uniformisation, les États doivent conserver leur droit souverain de favoriser les expressions culturelles nationales sur leur territoire par des politiques et mesures appropriées, y compris par des aides financières. Ce principe de souveraineté est aujourd’hui inscrit en droit international dans la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles adoptée à l’UNESCO en 2005.

La Coalition pour la diversité des expressions culturelles est depuis sa création la seule structure permanente de la société civile dans le monde à se consacrer à la promotion de la Convention de 2005 et à sa mise en œuvre pour lui donner pleine force d’application. La Coalition veille à ce que le gouvernement canadien respecte ses engagements sous la Convention, et plus particulièrement dans ses accords sur le commerce afin de ne prendre aucun engagement de libéralisation qui pourrait affaiblir son pouvoir de soutenir les expressions culturelles nationales sur son territoire.

La Coalition canadienne a joué un rôle déterminant pour convaincre les professionnels de la culture d’une quarantaine de pays de créer leur propre coalition en vue de faire pression sur leur gouvernement respectifs pour qu’ils appuient la Convention. Elle assure le service de secrétariat international à la Fédération internationale des coalitions pour la diversité culturelle.

Notre vision

La CDEC souhaite que tous les citoyens puissent bénéficier de la diversité des expressions culturelles qui fait notre richesse collective.

Nos valeurs

  • INTÉGRITÉ : Pour donner à la cause de la diversité des expressions culturelles sa crédibilité, la Coalition se doit de toujours agir avec intégrité.
  • PARTAGE : Pour la Coalition, une diversité des expressions culturelles doit inclure un esprit de partage et de collaboration.
  • ÉQUITÉ : Chaque culture a autant de mérite que l’autre et sera appréciée à sa juste valeur.
  • RESPECT : Dans l’optique du partage et de l’équité, la Coalition accorde beaucoup d‘importance au respect de la diversité.
  • INCLUSION : Si la Coalition tient à faire avancer la cause de la diversité culturelle, elle doit inclure tous ceux et celles qui s’y intéressent.

Nos objectifs

  • REPRÉSENTATIVITÉ DU MILIEU CULTUREL : Faire la promotion de la diversité par la diversité. La force de la Coalition est de représenter des organismes de partout au pays et de tous les milieux afin d’accroître la légitimité du mouvement.
  • LÉGITIMITÉ DE LA CONVENTION : Atteindre la reconnaissance juridique et politique de la Convention par une meilleure coopération entre les divers acteurs ainsi que par sa ratification et sa mise en œuvre universelles.
  • POUVOIR D’INFLUENCE : Donner à d’autres les moyens de se mobiliser autour de la vision de la Coalition afin d’accroître l’influence de la société civile en faveur de la diversité des expressions culturelles.

Axes de travail

Notre expertise

Depuis plus de vingt ans, la Coalition pour la diversité des expressions culturelles joue un rôle catalyseur tant au plan national qu’international en vue d’affirmer l’importance de la culture pour le développement des sociétés, ce qui lui vaut aujourd’hui une légitimité reconnue internationalement.

La Coalition s’emploie à mobiliser les parties prenantes de l’ensemble du milieu culturel – créateurs, artistes, associations, organismes communautaires, décideurs politiques, chercheurs universitaires – et à tous niveaux – local, national et international.

Son expertise se trouve à la fois dans la maîtrise de ses contenus, ses recherches et son approche pédagogique pratique par des projets collaboratifs. Ainsi, la pratique de la Coalition est unique par sa force de mise en réseau d’acteurs et ses projets mobilisateurs sur les enjeux de la mise en œuvre de la Convention.

Culture-commerce

La Convention reconnait en droit international la nature distinctive, à la fois économique et identitaire, des biens et services culturels, ce qui justifie leur exemption de tout engagement de libéralisation dans les accords sur le commerce. La Coalition veille à faire respecter l’application de la Convention pour que soit pleinement reconnu le droit souverain des États de favoriser la diversité des expressions culturelles sur leur territoire national par des mesures politiques, y compris par des aides financières.

La Coalition est régulièrement invitée à présenter le modèle des politiques culturelles du Québec et du Canada auprès d’auditoires internationaux à la recherche d’exemples de mise en œuvre de la Convention. Son bulletin d’information, son site Web et son fil d’actualité sur les réseaux sociaux proposent une revue de presse des enjeux de politiques culturelles des plus appréciées.

Numérique et autres enjeux émergents

La Coalition participe activement aux débats à l’UNESCO sur l’impact de l’ère numérique sur la mise en œuvre de la Convention et favorise le dialogue entre les milieux culturels, universitaires et gouvernementaux. Avec l’aide de collaborateurs de la relève, elle mène des travaux de recherche et de publication notamment; sur la prise en compte de la diversité des expressions culturelles dans la gouvernance des organismes publics de financement des artistes et entreprises culturelles; la stimulation de la participation des citoyens dans les arts et la culture; L’état de la diversité des expressions culturelles en ligne; le développement d’un outil méthodologique permettant de mesurer la fréquence à laquelle sont recommandés certains contenus canadiens et francophone aux utilisateurs de plateformes.

Comité exécutif

Solange Drouin

Coprésidente

Association québécoise de l'industrie du disque (ADISQ)

Madame Solange Drouin est détentrice d’une licence en droit et elle est membre du Barreau du Québec depuis 1988.

Elle s’est jointe à l’ADISQ en 1992 et, depuis 1995, elle y occupe les fonctions de directrice générale. Depuis 1999, elle assume également la tâche de vice-présidente aux affaires publiques de l’organisation.

Elle siège depuis 1999 au conseil d’administration de l’organisme de financement Musicaction. Elle est également membre du conseil d’administration du Fonds Radiostar et y assume les fonctions de trésorière.  Madame Drouin agit aussi à titre de co-présidence de la Coalition canadienne pour la diversité culturelle et a siégé au conseil d’administration de la Fédération internationale des coalitions pour la diversité culturelle.

Elle est également présidente du Comité du disque et des arts de la scène de l’Observatoire de la culture et des communications depuis sa fondation et présidente du comité de concertation de cet organisme.

En parallèle, madame Drouin a aussi occupé, de 1995 à juin 2001, les fonctions de directrice générale de la Société de gestion collective des droits des producteurs de phonogrammes et de vidéogrammes du Québec. Par ailleurs, madame Drouin a été membre du conseil d’administration du Conseil québécois des ressources humaines en culture. Elle a aussi siégé au conseil d’administration de la Société canadienne de gestion des droits voisins et à la Société canadienne de perception de la copie privée à titre de vice-présidente.


Bill Skolnik

Coprésident

Directors Guild of Canada Ontario (DGC)

Bill Skolnik est chef de la direction et directeur général de DGC Ontario. À ce titre, Bill dirige toutes les négociations collectives, les initiatives stratégiques et les services aux membres – avec l’équipe de DGC Ontario.

Avant son arrivée à DGC Ontario, il était à la tête de la Fédération canadienne des musiciens, membre fondateur de la Screen Composers Guild of Canada, administrateur de la Caisse de retraite des musiciens du Canada et trésorier de l’Association des producteurs de radio du Canada. Bill est un expert dans l’élaboration de dispositions novatrices qui touchent les musiciens, les compositeurs et les producteurs travaillant dans les industries cinématographiques et théâtrales canadiennes.

En tant que musicien de formation classique, Bill a travaillé comme directeur musical, compositeur, arrangeur, parolier et producteur de musique. Il a écrit et arrangé Sesame Street pendant plus d’une décennie et a composé le scénario de plus d’une douzaine de séries radiophoniques de la CBC. Le travail de Bill a été entendu dans de nombreux documentaires, dans le film primé My American Cousin ainsi que sur des scènes à travers le Canada incluant le Shaw Festival, Alberta Theatre Projects, le Royal Manitoba Theatre Centre, le Arts Club de Vancouver et le Young People’s Theatre. Bill a joué un rôle déterminant dans la création du service de musique de la CBC Galaxie, organisant et programmant la musique de chambre et les classiques, et a été le producteur musical de la CBC d’émissions acclamées telles que Michael Tippett Tribute to the European Broadcast Union, The Boss Brass Live to the World, The evolution of Jazz and the late Jeff Healey’s first Jazz broadcast. Né à Montréal, il a vécu à Toronto, Calgary et Vancouver.


Catherine Mitchell

Vice-présidente

Association of Canadian Publishers (ACP)

Catherine Mitchell est consultante à Toronto pour le milieu de l’édition et possède une solide expérience en droits de traduction et distribution, en ventes et marketing, ainsi qu’en relations publiques. Elle enseigne au Collège Humber dans le programme, ‘Creative Book Publishing’. Catherine est active au sein de plusieurs comités dans cette industrie et croit en l’engagement communautaire.


Élisabeth Schlittler

Vice-présidente

Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) / Société civile des auteurs multimédia (SCAM)

Élisabeth Schlittler est délégué général au Canada de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) et de la Société civile des auteurs multimédia (SCAM), deux sociétés de gestion collective. Détentrice d’un diplôme en administration suisse, elle a travaillé pendant plusieurs années en Algérie et au Sénégal. De retour au Canada, elle a occupé le poste de directrice administrative d’une maison d’édition montréalaise avant de diriger la SACD et la SCAM.

Depuis 2002, elle représente les deux sociétés à la CDCE et elle s’est jointe au comité exécutif en 2017.


Jérôme Payette

Trésorier

Association des Professionnels de l'Édition Musicale (APEM)

Jérôme Payette est directeur général de l’Association des professionnels de l’édition musicale (APEM) depuis 2015. En 2014, il a été envoyé par le Gouvernement du Québec à l’UNESCO (Paris) pour travailler au Secrétariat de la diversité des expressions culturelles. Précédemment, Jérôme a occupé le poste de Directeur du développement de l’Orchestre symphonique de Laval et a réalisé divers mandats de consultant dans le milieu culturel pour ArtExpert, Torrentiel et à son compte.

Jérôme est Trésorier de la Coalition pour la diversité des expressions culturelles, membre du comité consultatif sur le disque et les arts de la scène de L’Observatoire de la culture et des communications du Québec (OCCQ), membre du Comité permanent de la formation mutualisée de l’Institut national de l’image et du son (INIS) et participe aux travaux de plusieurs coalitions québécoises et canadiennes, dont la Coalition pour une politique musicale canadienne.Musicien et  gestionnaire, Jérôme est titulaire d’un Baccalauréat en interprétation jazz, d’un DESS en gestion d’organismes culturels et d’une maîtrise en management avec mémoire sur le développement culturel.

Equipe

Nathalie Guay

Coordonnatrice générale

Nathalie Guay détient une maîtrise en géographie de l’Université du Québec à Montréal. Elle s’est intéressée au mouvement altermondialiste dans le cadre de ses études, ce qui l’a amenée à être l’une des principales organisatrices du Forum social québécois en 2007. Elle a par la suite travaillé dix ans à la Confédération des syndicats nationaux, d’abord comme conseillère à la recherche. En 2012, elle a été nommée adjointe au comité exécutif et responsable des relations internationales. Au cours de son cheminement, Nathalie Guay a piloté des dossiers sur des thèmes variés tels le développement régional, les accords commerciaux, la solidarité internationale et les changements apportés par le numérique. Elle se joint à la Coalition pour la diversité des expressions culturelles en avril 2018 à titre de coordonnatrice générale.

Contact

Chloé Luchs-Tassé

Chargée de projets

Chloe Luchs Tassé est consultante-chargée de projets à la Coalition pour la diversité des expressions culturelles. Elle s’intéresse particulièrement aux enjeux du numérique sur le secteur culturel et l’économie créative. Titulaire d’une Maîtrise en Communication et d’un BAC en théâtre, pour son mémoire elle a complété une étude qualitative sur l’effet des campagnes de sensibilisation numérique produite en réalité virtuelle afin d’interroger la réception du spectateur. Passionnée par les questions relatives à la culture et ayant travaillé plusieurs années en théâtre à Montréal, elle est envoyée en 2017 par le gouvernement du Québec à l’UNESCO, Paris pour travailler au sein du secrétariat pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.

Contact